La problématique de l’engagement des personnes en situation de handicap était notamment au cœur de cette visite ministérielle. Le secrétaire d’Etat a ainsi pu échanger avec des jeunes volontaires du Service Civique en situation de handicap dans les locaux de l’association Adelis, sur l’île de Nantes. « Aujourd’hui, seuls 1% des jeunes en Service Civique, soit 1000 jeunes, sont en situation de handicap et je souhaite engager dès à présent une mobilisation afin que ce chiffre soit multiplié par quatre d’ici 2020 », a indiqué Gabriel Attal qui, à l’issue de cette rencontre, a signé d’un protocole actant le lancement d’un projet pilote territorial qui permettra de renforcer ces 18 prochains mois l’accueil de volontaires en situation de handicap en mission de Service Civique. « Bien souvent, les territoires ont un temps d’avance sur le national, a indiqué le secrétaire d’État. À Nantes, un réseau d’acteurs publics et associatifs très engagés a développé des initiatives innovantes dont nous allons nous inspirer et ce programme pourra être déployé sur l’ensemble du territoire. Car le rôle du gouvernement est de libérer les freins qui empêchent les jeunes handicapés de s’engager et ainsi faire progresser la société. »

 

Aux côtés de Aude Amadou, Députée de Loire Atlantique, et Valérie Oppelt, Députée de Nantes, Gabriel Attal s’est ensuite rendu dans les locaux de l’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) pour assister à la présentation des actions menées par la plateforme associative « la station » et du programme KAPS (Kolocations à projets solidaires). Un dispositif salué par le secrétaire d’État qui permet à des jeunes de vivre en colocation et de s’engager avec les habitants dans des quartiers populaires.