Un emploi d’avenir c’est une passerelle efficace pour les jeunes qui ont des difficultés à entrer sur le marché du travail de façon stable, mais c’est aussi une solution pour les collectivités, les associations et les entreprises privées.

En deux ans, les emplois d’avenir se sont imposés comme une solution pour lutter contre le chômage des jeunes qui connaît une baisse significative depuis le lancement du dispositif. 150 000 emplois d’avenir avant fin 2014 (dont 33 % dans les associations), c’était l’engagement du président de la République. Aujourd’hui c’est un engagement tenu : 155 000 jeunes ont été recrutés en emplois d’avenir depuis leur lancement en novembre 2012 (Dares, septembre 2014). 

Le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a de son côté dépassé l’objectif ministériel des 15 000 emplois d’avenir dans le champ jeunesse et sport en franchissant le cap des 20 000 emplois au cours du mois de septembre, avec 8 100 nouveaux emplois d’avenir depuis le début de cette année. A noter que nous en comptons environ 8 000 dans le secteur du sport et 12 500 dans le secteur de la jeunesse, de la vie associative et plus particulièrement de l’animation, soit plus de 60 %.

Ces résultats sont aussi le fruit de la mobilisation de tous : les services de l’Etat, les missions locales, des acteurs de l’insertion professionnelle et bien entendu les associations. Ces dernières maillent l’ensemble du territoire et jouent un rôle social majeur en développant des action au plus près des habitants.

Pour l’année 2014, le gouvernement a choisi d’augmenter son objectif à 95 000 emplois d’avenir au lieu des 50 000 prévus initialement. Le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports entend participer de tout son poids au succès de cet objectif.

À savoir :

Les emplois d’avenir participent à la baisse du chômage chez les jeunes : le nombre de demandeurs d’emplois de moins de 25 ans a ainsi baissé de -1,2 % depuis un an.