Fortes de 12,7 millions de bénévoles et de près de 2 millions de salariés, les associations jouent un rôle essentiel à la cohésion sociale. Le monde associatif mobilise des énergies, répond à des besoins nouveaux ; il est aussi un lieu d’apprentissage de la citoyenneté et du « vivre ensemble ». Il transforme le quotidien et donne confiance. Ces dernières années, le secteur associatif s’est saisi de nouveaux champs de solidarité : l’autonomie des personnes âgées, l’aide à la parentalité, l’accès à la culture et à la société des savoirs, la défense des droits et bien d’autres encore. "Sans l’engagement, sans la volonté d’apporter aux autres une part de soi, rien n’est vraiment possible : voilà la vérité fondamentale qu’il nous faut sans cesse rappeler, parce qu’elle a marqué toute notre histoire", rappelle d’ailleurs le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a décidé de faire de l’engagement associatif la Grande Cause Nationale pour 2014.

Consolider l’action des associations

À un moment où les associations prennent de plus en plus de responsabilités dans tous les domaines - social, éducatif, sportif ou encore culturel - le Gouvernement a souhaité s’engager à leurs côtés. Ce label permettra au Mouvement associatif, qui fédère plus de 600 000 associations réunies autour d’une vingtaine d’organisations thématiques, d’obtenir des diffusions gratuites sur les radios et les télévisions publiques pour organiser des campagnes faisant appel à la générosité publique. Il permettra également de mettre en lumière les actions de ces millions de Français qui s’engagent au quotidien, tout en donnant un coup d’accélérateur à l’engagement, si nécessaire au développement de l’action associative.. Il offrira une reconnaissance de l’utilité sociale de ces citoyens engagés, contribuant à entretenir leur motivation, et favorisant, pour chacune des associations, l’engagement de nouvelles personnes. "J’aime lorsque la France se retrouve autour de ses valeurs et de ce qui fait sa force : le don de soi pour les autres, l’engagement citoyen dans la diversité philosophique, politique et religieuse de chacun. C’est notre bien le plus précieux et l’association, notre patrimoine commun, affirme Jean-Marc Ayrault. Il y a donc un vrai besoin de consolider l’action des associations tout en préservant ce qui fait leur force : leur indépendance et le libre engagement de leurs membres."

Une charte rénovée

Pour affirmer encore un peu plus le rôle essentiel et pourtant souvent méconnu que les associations jouent dans la société civile, au service de l’intérêt général, le Premier ministre a également signé, le 14 février dernier à Nancy, une nouvelle Charte d’engagements réciproques entre l’Etat, les associations (représentées par le Mouvement associatif[1]) et les réseaux de collectivités territoriales (Association des maires de France, Association des régions de France, Assemblée des départements de France, Association des maires de grandes villes de France, Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire).

Cette charte rénovée, qui s’inscrit dans la suite de la charte signée en 2001 à l’occasion du centenaire de la loi de 1901, reconnaît le rôle essentiel des associations dans la société civile, au service de l’intérêt général. Elle associe les collectivités territoriales qui seront désormais, et pour la première fois, aux côtés de l’État, parties prenantes à cet acte de reconnaissance.

Une nouvelle étape mais pas un aboutissement

Ce texte assure au Mouvement associatif de meilleures conditions de développement et de son partenariat avec la puissance publique. Cette charte constitue une nouvelle étape. Elle permettra de conforter la place des citoyens au sein des instances de concertation locales et nationales. Elle rendra plus lisibles et plus transparents les critères d’octroi de subventions. Elle favorisera la création de lieux d’accueil, d’information et de conseil aux associations en partenariat avec les acteurs associatifs. Et enfin, elle améliorera la gouvernance démocratique des associations au travers notamment du non cumul des mandats associatifs, de la promotion de la parité et de la non-discrimination.

La signature de la charte n’est pas un aboutissement mais bien un élan, porté en commun avec les associations d’élus signataires, pour favoriser un nouveau modèle de démocratie sociale. La charte fera d’ailleurs l’objet de déclinaisons territoriales, devrait être déclinée par secteurs ministériels et débouchera sur l’organisation d’une conférence nationale de la vie associative d’ici à 2015.

Plus d’informations :

Discours du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault

Toutes les initiatives prises en faveur du mouvement associatif depuis 18 mois

Tous les éléments de la signature

Vidéo de Jean-Marc Ayrault sur l’engagement asso