Réservés aux jeunes âgés de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés ainsi qu’aux personnes handicapées de moins de 30 ans, les emplois d’avenir sont une réponse forte dans la bataille prioritaire contre le chômage des jeunes que le gouvernement mène depuis son entrée en fonction. Pour le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, l’ambition est de créer 15 000 emplois d’avenir sur les 150 000 prévus d’ici la fin de l’année 2014.

Valérie Fourneyron a signé à cet effet, le 15 février, une convention avec le président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), Denis Masseglia, et des protocoles d’accord avec les premières fédérations sportives (handball, équitation, sport d’entreprise) qui s’engageront pour un total de 3 500 emplois dans le domaine du sport. Les premières conventions d’engagements signées avec les associations de jeunesse et d’éducation populaire (La Ligue de l’enseignement, l’Association de la Fondation étudiante pour la Ville, la Fédération unie des Auberges de jeunesse, la Fédération Léo Lagrange, la Fédération nationale Familles Rurales) concrétisent, quant à elles, la création de 1 400 postes.

« Étape par étape, nous pouvons réussir à ouvrir un chemin, à proposer une voie qui permette aux nouvelles générations de vivre dans de bien meilleures conditions à l’avenir. Je veux construire avec les jeunes non seulement leur avenir mais surtout leur présent », a affirmé Valérie Fourneyron. « Les secteurs de la jeunesse, des sports et de la vie associative proposent des débouchés réels et d’autres signatures suivront dans les jours qui viennent, a poursuivi la ministre. Si je suis engagée, c’est parce que j’ai confiance en ces secteurs qui sont les miens. Et je souhaite remercier ceux qui ont la même détermination, le même engagement. »

Denis Masseglia a profité de l’occasion pour témoigner de la mobilisation du mouvement sportif français : « de nombreuses fédérations sont prêtes à s’engager pour les emplois d’avenir. »

La présence commune de Michel Sapin, ministre du Travail et de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, et de Valérie Fourneyron lors de cette cérémonie témoigne de la mobilisation générale du gouvernement, avec l’appui du service public de l’emploi, des acteurs du secteur marchand et non marchand, des collectivités et des acteurs de l’économie sociale et solidaire, dans la dynamique engagée pour inverser la courbe du chômage. « Il est normal que cela commence lentement, les 100 000 emplois d’avenir pour cette année seront actés. » a tenu à rappeler Michel Sapin.

Les emplois d’avenir constituent une première expérience professionnelle pour les jeunes peu ou pas qualifiés et une deuxième chance d’acquérir une formation. Ils concernent à la fois les activités ayant une utilité sociale ou de préservation de l’environnement ou encore les secteurs créateurs d’emplois. « Avec ces emplois d’avenir, nous touchons vraiment les jeunes que nous souhaitons accompagner en priorité, c’est-à-dire ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi, a reconnu Valérie Fourneyron. Plus de la moitié des jeunes recrutés sont sans diplôme et plus d’un jeune sur quatre est inscrit à Pôle emploi depuis plus de 12 mois (28%). C’est une véritable expérience professionnelle leur est offerte. L’essentiel des contrats est à temps plein avec pour près des 2/3 d’entre eux une durée entre 2 et 3 ans. Et 95% des contrats emploi d’avenir sont signés par les employeurs du non marchand. » « Nos secteurs sont porteurs, ils sont en capacité de proposer des itinéraires de réussite pour les jeunes concernés. Saisissons ensemble cette opportunité pour qu’un maximum d’entre eux retrouvent confiance et puissent se projeter dans l’avenir », a conclu la ministre.

Détail du nombre des engagements d’emplois d’avenir :

CNOSF : 3.500 créations d’emplois d’avenir dans les fédérations sportives.
La fédération d’équitation : 250 
La fédération de handball : 200 
La fédération du sport d’entreprise : 6 
Co-signature de l’UFOLEP de la convention de la Ligue de l’enseignement pour 300 des 1.000 emplois d’avenir

Les fédérations d’éducation populaire : 1700 emplois d’avenir (dont 300 ci-dessus) :
La Ligue de l’enseignement : 1 000 (dont 300 UFOLEP)
La Fédération unie des auberges de jeunesse : 100 
La Fédération nationale Familles rurales : 350 
L’Association de la fondation étudiante pour la ville –AFEV- : 100 
La Fédération Léo Lagrange : 150

Consultez le Dossier de presse
Retrouvez le discours de Valérie Fourneyron

Conventions signées :

Voir toutes les mesures en faveur de l’emploi des jeunes en infographie ici : Pinterest

PHOTO H. HAMON MSJEPVA