A cette occasion, Valérie Fourneyron a longuement échangé avec des jeunes volontaires en service civique, engagés dans différentes structures, depuis le club de football d’Etouvies au Conseil général de la Somme, en passant par le collège local, un organisme d’aide aux femmes victimes de violences, un établissement culturel ou encore une association de protection de l’environnement.

En présence des responsables des structures d’accueil, les jeunes ont longuement parlé avec la ministre de leurs expériences personnelles, de leurs motivations et de leur désir d’engagement à travers le service civique.

Alors que la Picardie est la 5ème région de France en matière d’engagement de jeunes volontaires, 75 % engagés dans un organisme non lucratif, 15 % dans un établissement public et 10 % en collectivités locales, dans les secteurs de l’éducation pour tous, la solidarité, le sport et la culture.

Ils ont aussi fait part des difficultés qu’ils rencontraient pour accéder à un emploi stable et de leur désir de pérenniser les missions

La ministre a évoqué la situation des jeunes : « La situation sociale des jeunes en France est difficile, ils sont particulièrement précarisés : 150 000 sortent chaque année du système scolaire sans qualification, 20% des 16-25 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté ,13% n’ont ni emploi, ni formation. Un jeune sur six n’a pas de complémentaire santé. »

Valérie Fourneyron ambitionne de : « permettre aux jeunes de se former, d’accéder à un emploi en lien avec sa formation, se loger, se soigner, se construire et de construire leur indépendance ». Elle a pointé la nécessité d’un travail de responsabilisation, évoquant l’accompagnement vers un parcours d’autonomie.

La ministre a également déclaré avoir « proposé au Premier ministre de réunir sous sa présidence, le Conseil interministériel de la Jeunesse, instance de coordination et d’impulsion d’une véritable politique globale et transversale en faveur des jeunes, qui ne soit pas une simple juxtaposition de mesures portées par différents ministères ».

Suite aux échanges avec les jeunes en mission de Service civique, elle a expliqué « qu’à travers les missions du Service civique, les jeunes vivent une belle expérience de vie en découvrant d’autres personnes, d’autres réalités, en manifestant leur engagement citoyen et en servant l’intérêt général », « le Service civique n’est pas le seul dispositif qui réponde au désir d’engagement des jeunes », ajoutant qu’il fallait continuer « une politique globale de soutien à l’engagement ».

Valérie Fourneyron a émis le souhait d’ouvrir davantage à la catégorie d’âge des 16-18 ans qui souhaiteraient s’engager le dispositif du Service Civique.

La ministre a souligné la diversité des missions proposées, un vrai atout qui doit être préservé, et elle a invité les collectivités à poursuivre la montée en puissance du Service Civique.

Enfin la ministre a la volonté d’associer tous les acteurs concernés à la construction des politiques publiques, « prendre le temps de la concertation, c’est la méthode du gouvernement et c’est aussi la mienne ».