Le ministre des Relations extérieures de Colombie a mis en place un plan intégral de convention nommé PIP20+. Il vise notamment à la prévention du recrutement des enfants par des groupes armés illégaux (guérillas, paramilitaires, narco-trafiquants), notamment dans des zones socialement et scolairement défavorisées. "Le sport joue un rôle fondamental dans ce programme : par le sport, on peut transmettre des valeurs fortes aux jeunes d’estime personnelle, de respect, d’esprit d’équipe ; leur apprendre la cohésion ; créer les conditions de la réconciliation entre communautés ; les ramener vers la scolarité pour ceux qui étaient déscolarisés ; leur offrir tout simplement un cadre structuré qui va les préserver des mauvaises influences", a expliqué la ministre.

"Un projet d’accord-cadre de coopération franco-colombienne devrait aboutir d’ici l’an prochain avec le développement d’"échanges sportifs", dans le domaine de la formation des entraîneurs et des éducateurs", a déclaré Valérie Fourneyron. "La diplomatie sportive est très importante et je veux la développer, particulièrement en Colombie avec un énorme potentiel en Amérique Latine", a t-elle complété.

La ministre s’est déplacée à Apartado, Medellìn, Bogotá afin de promouvoir les bienfaits du sports en matière de prévention dans ce domaine et saluer les acteurs qui y contribuent. Paradoxalement sur ces terres de football, un des premiers sports sollicités a été le rugby. Certains rugbymen colombiens (dont JM Diosa, sacré en 2011 meilleur joueur latino américain) sont eux-mêmes issus de milieux pauvres et hostiles, et de par leur réussite constituent un exemple porteur. Valérie Fourneyron s’est entretenue avec de nombreuses associations sportives, dont l’objectif est d’atténuer les conséquences de la violence et du terrorisme en encourageant la scolarisation des enfants, et en leur proposant des programmes d’animation et de loisirs sportifs. Un bon exemple : l’association Rugby French Flair, une structure aidant à la vulgarisation et la promotion du rugby auprès des populations défavorisées. Cette association est un bel exemple de la mise en place du plan PIP20+.

Volet social et sportif :

Volet institutionnel :

Volet économique :

Par la suite la coopération sollicité par le plan PIP20+ a été étendue à d’autres pays de rugby ainsi qu’à d’autres sports. Lors d’entretiens avec le maire d’Apartado et Andres Botero Phillipsbourne, président de Coldeportes, l’agence colombienne du sport, Valérie Fourneyron a réaffirmé sa volonté forte de renforcer des relations bilatérales qui unissent la France et la Colombie dans le sport, notamment dans le cadre de ce plan : "avec cette approche, on est vraiment au cœur de ce que le sport peut faire pour la paix et le progrès social."

La ministre a notamment évoqué différents champs de coopération possible avec Andres BOTERO, président de COLDEPORTES, sur le sport-éducation, mais aussi sur le haut-niveau, particulièrement dans l’athlétisme, l’aviron, le judo, la natation, l’escrime. "Notre but est qu’il y ait plus d’enfants qui soient scolarisés grâce au sport et qui aient des perspectives d’avenir, plus de confiance en eux", a poursuivi la ministre. En 2014, est prévu le tout 1er accord cadre portant sur l’échange d’expertise et le développement de la performance de haut-niveau entre nos deux pays (sur le modèle de l’accord avec Brésil). "La Colombie est en train de vivre sa « révolution sportive » : la France sera fière d’être à ses côtés dans cette étape importante" s’est exprimée la ministre Valérie Fourneyron ;