ATTENTION FRAGILE : Agissons contre la précarité... par fage

Le contexte d’émergence de l’AGORAé

Depuis plusieurs années, les conditions de vie des étudiants se dégradent. Malgré de nombreuses mesures publiques en direction des jeunes (augmentation des bourses sur critères sociaux, multiplication des restaurants universitaires, développement du logement étudiant, etc.), la vie étudiante est trop souvent parsemée d’obstacles. Certains étudiants insuffisamment soutenus se voient contraints de se salarier excessivement et mettre de côté leurs études, voire de les abandonner, afin de subvenir à leurs besoins.

Complémentaire aux solutions mises en place par les pouvoirs publics, l’AGORAé permet aux étudiants de trouver un accompagnement dans leurs projets (obtenir un diplôme, passer le permis de conduire, s’engager dans une association, etc.) et construire leur insertion durable dans la société. Les associations étudiantes contribuent ainsi à relancer l’ascenseur social en améliorant les conditions de vie de cette population.

Le concept AGORAé

Une AGORAé — pour agora étudiante ­— est un lieu d’échanges et de solidarité ouvert à tous les étudiants. A travers un espace géré par des étudiants bénévoles et des jeunes volontaires en service civique, les associations membres de la FAGE agissent sur plusieurs niveaux :

Située à proximité directe d’un campus, une AGORAé voit les étudiants être placés au cœur de son action. Ces derniers peuvent y trouver une écoute et des conseils de la part de leurs pairs, une information sur des sujets variés (consommation responsable, sexualité, développement de projets, etc.), et le cas échéant, une orientation vers les services professionnels spécialisés.

Une AGORAé apporte également une réponse concrète à la précarité financière de certains étudiants. A travers l’épicerie solidaire intégrée à chaque AGORAé, les étudiants qui en font la demande et qui répondent aux critères préétablis peuvent accéder pendant une période donnée à des produits de première nécessité à prix réduits (produits frais, denrées alimentaires non-périssables, produits d’hygiène, fournitures scolaires, etc.). En somme, l’épicerie solidaire permet de soulager le budget de l’étudiant bénéficiaire tout en lui permettant de diversifier son alimentation. Devenu un consom’acteur, celui-ci retrouve un équilibre lui permettant d’aborder l’avenir avec davantage de sérénité.

Plus qu’un simple projet de solidarité par les pairs, une AGORAé est une pépinière citoyenne dans laquelle les difficultés financières d’un étudiant ne sont pas un frein à son ouverture vers la cité.


Un projet inscrit dans l’économie sociale et solidaire

Outre l’appui des ministères en charge de l’enseignement supérieur, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, les associations étudiantes porteuses de projets peuvent compter sur le soutien de nombreux acteurs de l’économie sociale et solidaire. Ces partenariats d’envergure nationale apportent une plus-value indéniable aux porteurs de projets. De plus, chaque AGORAé s’inscrit dans une logique de coopération avec des acteurs locaux (université, CROUS, tissu associatif, etc.) propre à son territoire. Cet ancrage permet de répondre au mieux aux besoins des étudiants, en apportant des solutions concrètes et adaptées. 

Afin de poursuivre le développement de nouvelles AGORAé, les associations étudiantes membres de la FAGE appellent le grand public à les aider en se mobilisant. A partir de la plateforme www.attentionfragile.org, les particuliers peuvent sensibiliser leurs proches et contribuer à soutenir le projet de deux façons :

Le réseau AGORAé aujourd’hui

A l’heure actuelle, six AGORAé ont ouvert leurs portes aux étudiants :

La prochaine AGORAé ouvrira ses portes en automne à Strasbourg, sous l’impulsion de l’AFGES. En outre, une dizaine de projets sont en cours de développement dans différentes villes universitaires.

Au cours de la seule année 2012, environ 3 500 étudiants ont pris part aux animations mises en place dans une AGORAé. En outre, près de 200 étudiants ont bénéficié de l’aide alimentaire, généralement des étudiants boursiers, parents ou en mobilité internationale.

Voici quelques exemples d’initiatives impulsées dans une AGORAé :