A l’occasion du Conseil européen des ministres de l’Education, de la Jeunesse, de la Culture, et des Sports, Valérie Fourneyron a tenu à rencontrer Doris Pack, rapporteuse d’« Erasmus pour tous » pour le Parlement, afin d’échanger sur le futur programme de mobilité européenne des jeunes 2014-2020.

Evoquant les orientations adoptées lors du comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013, Valérie Fourneyron s’est félicitée des nombreux points de convergence entre les priorités du Parlement européen et celles du gouvernement français en matière de politique de jeunesse. Au cœur de ces enjeux partagés, se trouvent la construction de la citoyenneté européenne, la participation des jeunes à la vie publique, le développement de l’entreprenariat des jeunes et l’accroissement des échanges européens et internationaux.

Rappelant qu’accroître le nombre de jeunes Français qui ont accès à l’offre de mobilité et augmenter la mixité des publics concernés étaient deux de ses priorités fortes, la ministre a souligné que l’éducation non-formelle devait avoir toute sa place dans l’atteinte de ces objectifs. L’accord qui se dessine au niveau communautaire sur la création d’un chapitre « Jeunesse », doté d’une ligne budgétaire distincte, va dans ce sens, en permettant la poursuite d’actions et d’échanges de jeunes en-dehors des parcours académiques.

Valérie Fourneyron a ainsi souligné qu’elle voulait que « plus de jeunes, quelle que soit leur origine sociale, puissent avoir accès à l’offre de mobilité ». « Je veux permettre à plus de jeunes d’accéder aux opportunités de mobilité européenne et internationale : acquérir une expérience à l’étranger, c’est une chance dans un parcours, dans la construction de son parcours d’autonomie et c’est une source d’enrichissement pour notre pays. »

Un travail a été entrepris en ce sens en France pour étendre les possibilités de mobilité dans le cadre des études secondaires et supérieures, de la formation professionnelle, des stages mais aussi des échanges de jeunes, du volontariat et des projets associatifs.

Rappelant que la jeunesse était au cœur de la construction des échanges culturels européens, Doris Pack a fait part de son optimisme quant à la conclusion rapide d’un accord entre la Commission européenne, le Parlement et les Etats-membres, qui ouvrira la voie à une nouvelle étape dans la construction de la citoyenneté européenne.