Le 1er juin a été fixé comme un point d’étape dans le processus « d’universalisation » du service civique. Depuis l’annonce du Président de la République du 6 février dernier fixant un objectif de 70 000 jeunes en service civique en 2015, le Gouvernement s’est mobilisé autour de trois axes :

1) Sécuriser financièrement le dispositif

Pour accompagner ce déploiement, 73 millions d’euros et des emplois supplémentaires au bénéfice de l’Agence du service civique ont été débloqués pour 2015.

Ces efforts portent déjà leurs fruits : à la mi-mai, 23 000 postes ont déjà été attribués, soit un tiers de l’objectif total fixé pour l’année.

2) Mobiliser les acteurs

Le ministère de la ville, de la jeunesse et des sports a mobilisé, avec l’Agence du service civique, l’ensemble des acteurs concernés : les associations (qui accueillent déjà 84 % des volontaires) ; les ministères ; les associations d’élus prêtes à s’engager : des conventions seront signées courant juin avec notamment l’Association des maires de France.

3) Préparer avec tous les ministères des grands programmes de service civique

Dans les ministères, deux grands programmes ont déjà été lancés. Le premier en matière de transition énergétique, de climat et de biodiversité (15 000 nouvelles missions d’ici à 2017) et le second, le programme « Citoyens de la culture » (16 000 nouvelles missions d’ici 2016, dont 6000 dès 2015).

D’autres ministères suivront : l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche (37 000 missions d’ici la rentrée 2017) ; l’intérieur (1 000 jeunes d’ici la fin 2015 et plus de 3 000 d’ici fin 2016) ; les affaires sociales, la santé et les droits des femmes (10 000 missions) ; les sports (15 000 missions d’ici à 2017, dont 2000 cette année) ; les ministères financiers (lancement de ses recrutements d’ici l’automne). Pour le ministère des affaires étrangères, la démarche s’inscrit dans le cadre d’une rénovation du volontariat de solidarité internationale

L’augmentation du nombre de jeunes accueillis en service civique se fera dans le respect de deux priorités : qualité des missions et diversité des profils des jeunes, avec un objectif de 25 % de volontaires issus des quartiers de la politique de la ville.

D’autres initiatives nourrissent le chantier présidentiel pour l’engagement, telles que la réserve citoyenne, ou l’appel à projet « La France s’engage ».

(Source : Elysée)