A Paris, le 18 juillet 2016

Mesdames, Messieurs,
 

Ce 14 juillet, Nice, ville des batailles de fleurs, a été ensanglantée.

300 hommes, femmes, enfants, ont perdu la vie ou ont été blessés dans des conditions atroces.

Qu’elle soit commanditée ou « franchisée », quel qu’en soit le mode opératoire, la violence terroriste a encore frappé. Elle s’abat sur de nombreux pays dans le monde. La France n’est pas épargnée. Elle est même particulièrement visée parce qu’elle revendique fièrement son humanisme et ses valeurs républicaines. En cela, elle s’oppose radicalement à l’idéologie de ses assaillants.

Le 14 juillet, nous célébrons précisément ce vent de liberté et d’égalité qui a soufflé sur notre pays. Une telle célébration est insupportable à ceux qui prônent une idéologie sectaire et mortifère.

Le 14 juillet, nous nous réunissons en famille, pour un moment de joie devant le spectacle du feu d’artifice. Un tel rassemblement est insupportable à ceux qui détestent la vie.

Ce 14 juillet, la violence terroriste a encore frappé. Nous ne nous y habituons pas mais nous vivons désormais avec cette réalité à laquelle personne n’était préparé.

Supporter l’insupportable, vivre avec la menace, mais vivre comme réponse ultime aux semeurs de peurs. Résister.

A vous qui servez l’Etat, nous voulions d’abord adresser un message fraternel, en espérant que vous et vos proches êtes sains et saufs.

Nous voulions aussi vous dire le respect qui est le nôtre pour le travail que vous accomplissez au quotidien, un travail qui participe à redonner de la force à l’idée républicaine.

Nous voulions enfin vous encourager à poursuivre l’action, dans un esprit d’unité nationale.

Face à l’horreur à laquelle nous sommes confrontés, les polémiques n’ont pas leur place.

Nous sommes indéfectiblement attachés au débat démocratique, mais il est des moments où l’honneur de la politique est de savoir dépasser les intérêts partisans pour protéger l’essentiel : en l’occurrence la vie de nos concitoyens, que l’on ne protège pas de la barbarie en affaiblissant l’Etat de droit.

Nous dénonçons l’indécence et l’opportunisme qui ont marqué les expressions de certains responsables politiques depuis jeudi soir.

Toutes ces prises de position ne font pas diminuer la menace, elles abîment l’unité nationale dont nous avons tant besoin en ce moment.

Notre nation entière est attaquée, et notre nation entière doit réagir. Le Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a un rôle éminent dans cette mobilisation nationale. Il nous revient de mettre en œuvre un triple pacte :

Le défi est gigantesque mais urgent. Nous devons nous mobiliser sans délai et sans répit.

Nous savons pouvoir compter sur vous pour protéger « la maison France ».

Nous vous le promettons : nous gagnerons.

Vive la République, vive la France !