Le projet d’avis du CESE, présenté au Conseil propose un regard nouveau sur l’insertion de la jeune génération dans le marché de l’emploi. « Pourquoi l’emploi serait-il devenu rare de manière définitive, alors que tant de besoins humains, sociaux, environnementaux, médicaux sont encore insatisfaits ? » s’est interrogé Jean-Baptiste Prévost, rapporteur de l’avis au CESE.

Pour tenter de trouver des solutions à cette situation préoccupante, le CESE préconise 18 mesures concrètes dont le renforcement des outils de la politique de l’emploi dans les quartiers prioritaires, l’augmentation du nombre de contrats aidés en période de crise, la considération de l’emploi des jeunes comme un thème régulier du dialogue social, le renforcement de la protection sociale pour les jeunes actifs et la sécurisation des mobilités et des transitions professionnelles. Valérie Fourneyron a remercié le CESE « d’alimenter régulièrement la réflexion collective sur le sujet de la jeunesse, l’avenir de notre nation » et a salué sa proposition de faire de l’emploi des jeunes un enjeu régulier du dialogue social.

Les conclusions de cet avis font écho au travail d’ores et déjà engagé par le Président de la République et le Premier ministre, les premières mesures du gouvernement concernant directement les jeunes : emplois d’avenir, création de postes dans l’Education nationale, contrats de génération, sécurisation des parcours professionnels. « Aujourd’hui, la seule réponse possible, c’est celle du volontarisme politique. Ce qui a changé, c’est la volonté du gouvernement de sortir de l’attentisme et du fatalisme » a déclaré Valérie Fourneyron dans son allocution. Dès sa prise de fonction, « le gouvernement a engagé en urgence des grands chantiers prioritaires. Nous sommes aujourd’hui prêts à aller au-delà avec des réformes structurelles ».

Valérie Fourneyron a également rappelé le cadre et les ambitions du Comité Interministériel de la Jeunesse (CIJ), qui aura pour mission, à partir de janvier 2013, d’engager et coordonner les réformes structurelles concrètes pour piloter la politique jeunesse du gouvernement, en associant étroitement les jeunes et les collectivités locales. « Il s’agit de mettre en cohérence l’action de l’Etat, de fixer un cap et des points de rendez-vous annuels » a-t-elle déclaré.

Pour conclure, la Ministre a fait sienne cette phrase de Léo Lagrange, « aux jeunes, ne traçons pas un seul chemin, ouvrons-leur toutes les routes ».