"La mobilisation est nécessaire pour la jeunesse. De nombreux jeunes ne croient plus aux pouvoirs publics pour améliorer leurs conditions, et nous ne pouvons pas nous en satisfaire. C’est donc avec beaucoup de volonté et de détermination que je reprends le flambeau de la jeunesse. Un flambeau sur lequel je sais pouvoir compter sur l’ensemble de mes collègues au gouvernement.

Avec le suivi des emplois d’avenir, mais aussi les bourses étudiantes revalorisées, la mise en place d’une garantie locative ou le lancement du programme Erasmus +, nous travaillons pour la jeunesse de ce pays, et nous voulons par-dessus tout que tous les jeunes aient une solution d’emploi ou de formation.

C’est notamment l’objet de la garantie jeunes. Elle permet à des jeunes qui n’ont aucun diplôme, aucun réseau, aucune expérience, de mettre un pied à l’étrier et de se professionnaliser. Ils sont 10 000 à bénéficier de ce dispositif dès 2014. Ils seront 50 000 l’an prochain et 100 000 en 2017.

Autre objectif primordial : l’apprentissage, avec 500 000 apprentis à la fin de ce mandat. Le président de la République lui-même est en ce moment à Milan pour négocier l’enveloppe européenne de crédits alloués à la lutte contre le chômage des moins de 25 ans. La France est en pointe sur ce sujet et entend bien le rester avec le Programme initiative emplois jeunesse qu’il faut renforcer sur le plan financier et qu’il faut prolonger jusqu’en 2020.

Nous voulons que la jeunesse puisse s’engager, vivre des expériences exaltantes, enrichissantes qui la forment et la forgent, c’est aussi l’objet du Service civique, avec 100 000 engagements d’ici 2017.

Madame la Députée, vous constaterez que la priorité jeunesse n’est pas un slogan, mais une préoccupation permanente du gouvernement de Manuel Valls."

Seul le prononcé fait foi.