Celle-ci sera mise en œuvre en deux temps : une première série de mesures a été prise dès la rentrée 2013 au bénéfice des étudiants les plus en difficultés. Ces mesures seront ensuite prolongées et complétées à la rentrée 2014.

L’amélioration de la situation sociale des étudiants est une priorité de l’action du Gouvernement. Après le vote de la loi sur l’Enseignement supérieur et la Recherche dont la réussite étudiante est une priorité, cette réforme sociale ambitieuse concourt à démocratisation des études supérieures et à l’ambition d’atteindre 50% de diplômés du supérieur dans chaque classe d’âge.

Cette réforme poursuit un double objectif : améliorer les conditions des vies des étudiants contraints de travailler à côté de leurs études dans des conditions défavorables à leur réussite et aider un plus grand nombre d’étudiants à construire leur parcours universitaire de manière autonome.

Conformément aux orientations définies par le Président de la République en faveur de la jeunesse, cette réforme bénéficiera donc en priorité à trois catégories d’étudiants :

Quatre dispositifs qui prendront effet dès septembre 2013 :


La création d’un nouvel "échelon 7" permettra aux étudiants dont les revenus des parents sont inférieurs à 7 540 euros par an de bénéficier d’une augmentation substantielle de leur bourse, qui passera de 4 697 euros à 5 500 euros annuels, soit une augmentation de 800 euros (+ 15%). Ces étudiants font souvent face à des situations de grande précarité.


La création d’un nouvel échelon ("0 bis") permettra à ces étudiants des classes moyennes dont les revenus des parents sont inférieurs à 33 100 euros par an, de bénéficier d’une aide annuelle de 1 000 euros. Ce sont ainsi 40 % des boursiers échelon 0, qui bénéficient aujourd’hui de l’exonération de droits de scolarité et de cotisation de sécurité sociale mais ne perçoivent pas de bourse, qui sont concernés. Ils concentrent les plus grandes difficultés financières et doivent souvent travailler parallèlement à leurs études, dans des conditions qui nuisent à leur réussite.

Au total, ce sont ainsi 92 000 étudiants, soit plus d’un boursier sur sept, qui bénéficieront de cette réforme, dès septembre 2013, améliorant leur pouvoir d’achat au service de leur réussite et de leur autonomie.

Elle fera l’objet d’un premier investissement de l’Etat pour sa mise en œuvre dès la rentrée 2013, et d’un investissement programmé qui doublera pour sa poursuite à la rentrée 2014.

En améliorant de manière substantielle le dispositif de bourses étudiantes dans une période difficile, le Gouvernement fait clairement le choix de la priorité à la jeunesse et à la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.