Le 24 juin 2014, le Président de la République, François Hollande a annoncé un objectif de 100 000 jeunes accueillis en Service civique par an d’ici 2017 (32 000 jeunes comptés cette année).

Najat Vallaud-Belkacem, ministre en charge de la jeunesse, s’est vu remettre ce vendredi 11 juillet le rapport "Liberté, égalité, citoyenneté : un service civique pour tous" par François Chérèque, président de l’Agence du Service civique. Ils sont ainsi tous deux intervenus sur les propositions permettant de répondre au succès du Service civique en France. Dans un contexte budgétaire contraint, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé avoir obtenu 100 millions d’€ pour financer le Service civique jusqu’à 2017.

"Le Service civique est aujourd’hui victime de son succès" a déclaré François Chérèque. Et c’est pour cela que de nouvelles suggestions ont été faites à la ministre afin :

Il intervient dans de nombreux domaines, ce qui rend son action interministérielle. C’est notamment un outil qui lutte contre le décrochage scolaire, ou encore c’est une démarche qui améliore le taux d’employabilité des jeunes au sortir de leur mission. Ainsi le financement ne doit pas reposer seulement sur le ministère en charge de la jeunesse, mais également sur d’autres ministères concernés, selon le rapport de François Chérèque.

Aussi est-il suggéré de faire appel aux fonds de l’Initiative Européenne pour la Jeunesse pour élargir le budget de l’Agence, ainsi qu’à des entreprises privées.

Concernant le statut des volontaires en Service civique le rapport propose d’aménager l’emploi du temps de la mission afin que cette dernière soit plus confortable pour les jeunes et leurs structures d’accueil.

François Chérèque a également soumis l’idée d’apporter de nouveaux droits aux jeunes :

Enfin, il a été évoqué la solution de l’année de césure proposée aux jeunes dans leur cursus de formation pour faire leur Service civique.

Najat Vallaud-Belkacem, qui soutient ces propositions, estime que le Service civique est « une formidable réponse pour les jeunes qui n’ont pas des parcours linéaires ». « Nous devons adapter nos politiques publiques en fonction des jeunes », a expliqué la ministre. « Le Service civique est facteur de mixité sociale. C’est un excellent moyen pour les jeunes de se rencontrer, de se découvrir, de cohabiter, de s’ouvrir aux autres, et de s’entraider » a-t-elle ajouté. Le Service civique est en effet représentatif de tous les jeunes sur le territoire français, car issus de tous les milieux.

Chiffres clés

Créé le 10 mars 2010, le service civique a permis à plus de 65 000 jeunes d’être dans près de 4 000 organismes agréés, associations principalement mais aussi collectivités territoriales, hôpitaux, préfectures.

En 2014, le nombre de jeunes en Service civique passera de 32 000 (2013) à 35 000.

Le Président de la République a annoncé que 100 000 jeunes pourront le faire par an d’ici la fin du quinquennat en 2017, soit environ 15 % d’une classe d’âge.

Télécharger le rapport.


Photos Razak Ellafi