En présence de Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel, de Lionel Boland, président de la Ligue de Football Amateur, de Jean-Pierre Louvel, président de l’Union des clubs professionnels de football, Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative et Noël le Graët, président de la Fédération française de football ont signé le 21 mars la convention « Création de 1000 emplois d’avenir dans le football », s’inscrivant dans le cadre de la convention-cadre avec le CNOSF qui portait sur 3 500 emplois.

Dans le cadre de ce protocole s’effectuant au siège de la FFF, les signataires ont dévoilé les engagements et objectifs de cette convention dans les différentes structures dédiées au football. Ce sont ainsi 1,2 millions d’euros qui seront consacrés chaque année durant trois ans par la FFF à la mise en place de ces emplois d’avenir (soit 100 euros par mois par poste à temps plein), notamment pour l’accompagnement dans le parcours de formation des jeunes recutés.

La Fédération française de football s’engage ainsi à proposer une offre de formation spécifique :

- pour les jeunes, en mettant en oeuvre des actions de formations accessibles et menant vers l’emploi ;

- pour les clubs, en mobilisant l’institut de formation du football.

Seront ainsi proposés aux jeunes bénéficiant de ce dispositif des emplois dans les domaines :

- de l’encadrement sportif ;
- de l’accueil, l’administration et la comptabilité ;
- de la médiation sociale (médiateurs sportifs et médiateurs de quartiers) ;
- de l’entretien d’installations et de la gestion d’équipements ;
- de la sécurité.

Avant de signer la convention, Valérie Fourneyron a tenu à féliciter la Fédération française de football pour « son engagement exemplaire, illustrant la responsabilité sociale du football ». La ministre a également rappelé l’aspect prioritaire au niveau gouvernemental des problématiques liées à la jeunesse en évoquant le CIJ (Comité Interministériel de la Jeunesse) qui s’est déroulé le 21 février dernier sous l’égide du Premier ministre. Le dispositif des emplois d’avenir s’inscrit dans cette priorité, « pour s’adresser à l’ensemble des jeunes, pour les aider à construire leur parcours d’autonomie ».

Photo H. HAMON MSJEPVA