Après de nombreux échanges avec des jeunes, le Président de la République a débuté son discours des vœux en rappelant le principal devoir du gouvernement : "faire que la jeunesse soit l’atout de notre pays, soit le levier (...) grâce auquel nous allons pouvoir donner confiance à la société dans son ensemble". En insistant sur le fait que la jeunesse est la "première priorité du quinquennat", François Hollande a rappelé les mesures que le gouvernement a d’ores et déjà mises en place au cours du quinquennat.

Le Président de la République a mis en avant son choix de "donner tous les moyens, y compris dans cette période de difficulté budgétaire, à l’école et à l’éducation", notamment en créant 60 000 emplois d’enseignants et de personnels de l’éducation sur cinq ans. Dans ce sens, il a abordé les questions d’orientation, système qu’il souhaite réformer au collège, au lycée, mais également à l’université. En effet, le gouvernement souhaite "faire en sorte que l’enseignement professionnel et l’apprentissage puissent être aussi regardés comme des filières d’excellence", ou encore doubler "la formation universitaire en alternance pour qu’il y ait davantage d’expérience en entreprise".

François Hollande a également rappelé sa bataille contre le décrochage scolaire, soit 140 000 jeunes qui sortent chaque année du système de l’enseignement sans diplôme. L’objectif étant aujourd’hui de diviser ce nombre par deux d’ici la fin du quinquennat, et de "faire qu’aucun décrochage ne soit irréversible". Il a d’ailleurs parlé du Service civique comme une des meilleures réponses à ce problème.

François Hollande est revenu sur l’urgence actuelle : l’emploi . Il souhaite "permettre à ces jeunes, notamment ceux qui sont les moins qualifiés, les plus éloignés du marché du travail, de pouvoir retrouver l’espérance" par la création de 100 000 emplois d’avenir en 2013. Les contrats de génération seront également un outil important "pour tous ces jeunes qui demandent une expérience, mais aussi une stabilité". Par ailleurs le Président de la République a affirmé son désir d’aider les jeunes à créer des entreprises, en soutenant dès le départ leurs projets par "le micro crédit, par des prêts, par des garanties", et grâce à la banque publique d’investissement qui viendra soutenir ces nouvelles entreprises notamment créées par des jeunes.

François Hollande annoncé un dispositif de caution solidaire des risques locatifs. Il s’agit d’une mesure pour tous les locataires mais essentiellement dirigée vers les jeunes car "ce sont eux qui ont le plus de mal à fournir des cautions", a-t-il expliqué.

Quant au droit à la santé, François Hollande a annoncé souhaiter proposer aux jeunes une formule de généralisation des complémentaires santé. Il a également annoncé qu’il y aurait une grande campagne d’information d’éducation à la sexualité dans les établissements et hors des établissements.

Le Président de la République s’est fixé 3 exigences principales pour l’année à venir :

- une exigence d’ouverture : "Aucun jeune ne veut être enfermé : ni dans son établissement, ni dans son quartier, ni dans son destin. il doit être mis en relation, être informé..."

- une exigence de mobilité : "être jeune, c’est voyager. Toutes les procédures européennes doivent être orientées vers les échanges, vers la mobilité". François Hollande souhaite élargir le programme Erasmus à ceux qui sont dans les filières professionnelles, à ceux qui sont dans l’apprentissage. L’objectif est de faire en sorte que tout jeune puisse avoir une expérience à l’étranger.

- une exigence d’engagement : "c’est le privilège de la jeunesse de penser qu’elle peut changer le monde, de croire qu’il est possible d’avoir un destin plus grand que soi". Ainsi, le Président de la République a mis l’accent sur l’engagement associatif : "on m’a fait une proposition : la validation de l’expérience dans une association comme une expérience professionnelle". Quant à l’engagement politique, il a invité les jeunes à prendre leurs responsabilités. Puis il a salué ce qu’est le service civique, en se donnant un objectif : que d’ici la fin de son mandat, près de 100 000 jeunes y participent : "Le service civique doit être pour nous une référence".

François Hollande a conclu son discours en formulant un vœu pour 2013 : "que la France fasse confiance à la jeunesse, parce qu’en faisant confiance à la jeunesse, elle assurera son avenir et sa propre réussite."

CREDIT PHOTO Présidence de la République