Pour mémoire, la France avait accueilli en 2018 la 47e assemblée plénière du GIEC. La prise de conscience collective sur le climat est à présent réelle mais une autre crise tout aussi grave qui concerne l’extinction des espèces et de leurs habitats est en train de se développer.


L’accueil de l’IPBES à Paris répond à une volonté de la France de créer une dynamique mondiale en faveur de la biodiversité de même ampleur que celle pour le changement climatique.


Cette 7e plénière, a pour objectif de tirer le bilan des efforts passés et de préparer les décennies à venir avec notamment la validation d’un document-phare de la plateforme, l’Évaluation mondiale de la biodiversité et des services écosystémiques, il figure parmi les documents de référence pour l’élaboration du futur cadre mondial pour la biodiversité post-2020.


Ce rapport de 1800 pages dont le résumé sera discuté et adopté par les 132 membres de la plateforme devra être rendu public le 6 mai prochain, il est le fruit de trois ans du travail de 150 scientifiques de 50 pays et deplus de 300 experts.


La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques - IPBES sera suivie par la réunion ministérielle du G7 Environnement à Metz. 


En savoir davantage...