Cybermalveillance.gouv.fr vous informe qu’une forte recrudescence des campagnes d’arnaques a été observée en janvier 2019, ces vagues de messages de tentatives d’arnaque au chantage à la webcam prétendue piratée ont été recensées en grand nombre depuis l’été 2018.


Les campagnes d’arnaques au chantage à la webcam prétendue piratée se présentent le plus souvent sous la forme d’un message - mail d’un supposé "hacker" qui prétend avoir piraté votre ordinateur qui menace de publier des images compromettantes prises à votre insu avec votre webcam et vous demande une rançon en monnaie virtuelle.


Souvent rédigés en anglais, ces message ciblent également de plus en plus souvent les victimes dans leur langue natale, ainsi une augmentation de messages écrits dans un français plus ou moins correct a pu être observée.


Venez consulter dès maintenant les 6 points à observer si vous avez été destinataire ce type de message :

  1. Ne pas paniquer, vous n’avez sans doute rien de réellement compromettant à vous reprocher.
  2. Ne pas répondre, même si les cybercriminels seraient très probablement incapables de gérer les réponses de toutes leurs victimes, il ne faut jamais répondre à de telles menaces de chantage qui montrent aux cybercriminels que votre adresse de messagerie est "valide" et que vous portez de l’intérêt au message de chantage qu’ils vous ont envoyé.
  3. Ne rien payer, et cela même si vous aviez un doute, car comme vu précédemment, aucune mise à exécution des menaces n’a été démontrée jusqu’à présent et vous alimenteriez donc inutilement ce système criminel.
  4. Conserver les preuves, faire des copies d’écran, conserver les messages qui pourront vous servir pour signaler cette tentative d’extorsion aux autorités, voire pour déposer plainte si vous l’estimiez nécessaire.
  5. Changer son mot de passe partout où il a été utilisé (ou s’il a été divulgué ou au moindre doute), tous les conseils pour bien gérer ses mots de passe sont disponible en ligne dans une fiche pratique.
  6. Et signaler cette tentative d’arnaque sur le site du ministère de l’Intérieur Internet-signalement.gouv.fr - Pharos afin qu’il puisse avoir connaissance du phénomène et envisager les poursuites qui peuvent s’avérer nécessaires.


Si vous avez payé la rançon, vous vous trouvez alors être victime d’une extorsion, au sens de l’article 312-1 du code pénal, il s’agit d’un délit passible de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende, dans ce cas précis vous devez :


Enfin, vous pouvez adopter des mesures simples de sécurité afin de permetre réduire considérablement les risques de piratages en :


Si vous avez besoin de plus de conseils, n’hésitez pas à contacter :


Pour en savoir encore plus...