Attaques informatiques de type rançongiciel, hameçonnage…, le Gouvernement a lancé mardi 17 octobre la plateforme cybermalveillance.gouv.fr pour accompagner et guider les victimes de cybermalveillance.


Cette plateforme a été incubée par l’Agence nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information - ANSSI et pilotée par le ministère de l’Intérieur, permettant ainsi :


La plateforme Cybermalveillance propose deux parcours, un premier pour les victimes d’acte de cybermalveillance et un second pour les prestataires de services de proximité :


  1. les victimes seront mises en relation avec des prestataires de proximité susceptibles de les assister grâce à un parcours permettant d’identifier la nature de l’incident
  2. les prestataires de toute la France peuvent proposer leurs services en s’enregistrant sur la plate-forme


Saviez-vous que les victimes d’actes de cybermalveillance étaitent encouragées à déposer une plainte ?

Une plainte peut être déposée auprès des services de police et de gendarmerie qui se sont adaptés au traitement de tels contentieux ; de plus les victimes peuvent être également orientées vers un service d’assistance au traitement de l’incident informatique à l’origine de l’acte de cybermalveillance.


Pour en savoir encore plus, cliquez ici...