Pour mémoire, le Corps européen de solidarité - CES a connu une première phase en décembre 2016 en s’appuyant alors sur huit programmes différents, chacun ayant sa propre base juridique, ses propres objectifs et son propre budget, il a alors permis à près de 30 000 jeunes de participer à cette première étape.

Le Conseil européen a adopté un règlement pour la poursuite du programme sur la période de 2018 à 2020 avec une assise plus solide, la mise en place d’un cadre juridique et l’attribution d’un budget propre de 375 millions d’euros pour trois ans.

La Commission européenne prévoit, pour le CES, le même succès que celui du programme Erasmus ; le service volontaire européen - SVE est d’ailleurs transféré, dans sa majeure partie, du programme Erasmus vers le CES.

Ouvert à tous les jeunes, étudiants ou en formation, ayant ou non un emploi, le CES demande avant tout de la motivation.

Le CES propose un large éventail d’activités telles que l’éducation, les soins de santé, l’intégration sociale et professionnelle, la construction, la rénovation et la gestion d’abris et de sites, l’accueil et l’intégration de migrants et de réfugiés, la protection de l’environnement, la prévention des catastrophes naturelles, etc.


En savoir davantage...