« Avec le Royaume-Uni - qui deviendra un état tiers le 30 mars 2019, c’est son choix - nous voulons établir un partenariat ambitieux et durable, en matière commerciale, mais aussi en matière de sécurité et de défense ou en matière de recherche et d’innovation. Plus vite nous nous mettrons d’accord sur les principes de ce retrait ordonné, plus vite nous pourrons nous concentrer sur cet objectif, qui est dans notre intérêt commun.
Mesdames et Messieurs, notre approche s’appuie sur des principes fondamentaux de notre Union : l’unité et l’intérêt des états membres et des institutions. Notre autonomie de décision. L’intégrité de notre marché intérieur et les quatre libertés de circulation qui en sont le fondement. Ces grands principes sont au cœur de notre projet politique depuis son origine. Le Royaume-Uni les connaît bien pour les avoir partagés avec nous pendant 44 ans. Ils ne sont pas négociables.
Une fois encore, comme l’a dit la Chancelière allemande et comme l’a rappelé le Président Juncker, nous savons désormais que l’avenir de l’Union est plus important que le Brexit. C’est la responsabilité des 27 états membres et du Parlement européen de construire ensemble cet avenir. De relever ensemble les défis. Une page se tourne. C’est le choix souverain du Royaume-Uni. Nous le respectons. A nous de faire en sorte que l’Union européenne écrive de nouvelles pages. »


Les conférences du Forum Europe se déroulent le troisième jeudi du mois dans le grand amphithéâtre Abbé Grégoire du Cnam, de 18h30 à 20h à Paris.


Notez dès à présent ce rendez-vous avec Michel Barnier "Les nouveaux enjeux européens" le 16 novembre prochain.


L’entrée est libre avec inscription obligatoire (cette conférence sera également retransmise en ligne).


Pour en savoir encore plus, cliquez ici...