"...L’intérêt de Zola pour la photographie reste, aujourd’hui encore, relativement méconnu du grand public, c’est indéniable. Mais ce n’est pas pour autant une découverte totale, comme en témoigne la parution, en 1979, du livre Zola photographe écrit par le petit-fils du romancier, François-Emile Zola, en collaboration avec Massin. Le fonds Emile Zola a en outre déjà été exposé au Jeu de Paume, sur le site du Château de Tours. Enfin plusieurs tirages du romancier sont entrés dans les collections publiques : le Musée d’Orsay, notamment, a fait en 1987 l’acquisition 45 photographies de Zola dont vingt-six portraits de la fille de l’écrivain, Denise..."


Mathilde Falguière,
conservatrice du patrimoine,
responsable du département
de la photographie de la MAP


Depuis 2017, ce sont près de 2000 négatifs sur verre réalisés par l’écrivain Emile Zola qui ont rejoint les collections nationales, ce fonds ainsi numérisé a alors été décrit pièce par pièce soit une dizaine de lignes qui indique, pour chaque image, son sujet, sa date, son support…


Vous également accéder à une vidéo de l’Institut national de l’audiovisuel - INA avec en plateau, le docteur François-Emile ZOLA, petit fils de l’écrivain qui était venu parler du livre "ZOLA photographe" qu’il avait écrit en collaboration avec MASSIN et qui réunit des photos prises par Emile ZOLA ainis que la présentation d’une collection d’appareils photographiques lui ayant appartenus.


Véritablement féru de photographie, Emile Zola prenait régulièrement des photos avec ses 10 appareils et disposait de trois laboratoires, il utilisait des plaques de verre au gélatino-bromure d’argent, achetées dans le commerce. 


Ces plaques, lorsqu’elles sont conservées dans de mauvaises conditions, peuvent se morceler en des lambeaux plus ou moins concentriques, jusqu’à former ce que les spécialistes désigne comme "une fragmentation en pétales de rose" malheureusement il a été constaté des dégradations très avancées du fonds Émile Zola qui ont atteint un niveau de fragilité tel qu’elle est susceptible de s’émietter à la moindre manipulation. 



La restauration de ces plaques est délicate et devra être effectuée par restaurateur spécialisé dans la photographie ancienne, c’est pourquoi une campagne de financement participatif pour la restauration de ce fonds photographique exceptionnel est ouverte jusque mi-novembre sur la plateforme Commeon.


En savoir plus...