Depuis sa sortie le 24 juillet dernier, le jeu Pokémon Go a beaucoup fait parler de lui et a conduit le Gouvernement à faire plusieurs recommandations.


Saviez-vous que de nombreux incidents ont été signalés en raison de l’utilisation massive du jeu Pokémon Go ?


Ainsi le ministère de l’Intérieur a rappelé sur son site internet que "jouer et tenter de chasser des Pokémons au volant était évidemment interdit, pour la sécurité de tous" et certaines préfectures ont également relayé ces alertes à la prudence.

Les pompiers de Paris et la gendarmerie nationale ont aussi réagi sur Twitter dans le même sens en apportant des conseils pratiques à destination des adultes lorsque les joueurs sont de jeunes enfants.

Des appels à la vigilance ont été multipliés par la SNCF avec des messages sonores et visuels dans les gares afin de limiter les incidents, en rappelant notamment qu’il était interdit de descendre sur les voies ferrées.

De plus, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information - ANSSI a fait publier un message d’alerte sur les cyber-risques liés à l’installation et l’usage du jeu et émis plusieurs recommandations de cybersécurité pour protéger les données à caractère personnel de chacun, comme :


Pour mémoire : l’article R412-6-1 du Code de la route interdit l’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation, sous peine d’une amende forfaitaire de 135 € et d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire.

En ce qui concerne les blessures involontaires, le délit d’atteinte à la personne est constitué dès lors qu’un conducteur a porté atteinte à l’intégrité d’une personne en raison de son imprudence, de sa négligence ou d’un moment d’inattention.

Un retrait de 6 points sur le permis de conduire, 30 000 € d’amende et 2 ans de prison sont prévus par l’article L232-2 du Code de la route en cas d’incapacité de plus de trois mois de la victime (peine fixée à 45 000 € d’amende et 3 ans de prison en cas d’incapacité supérieure à trois mois, hors peines rehaussées en cas de circonstances aggravantes).


Pour en savoir plus, cliquez ici...