Créé en 2009, le Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse est un "laboratoire de politique publiques", mettant l’expérimentation au service des politiques pour la jeunesse. Son but est d’améliorer la réussite scolaire des élèves et l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de moins de 25 ans.

Ceci se fait par le biais d’appels à projets thématiques lancés à toute structure publique ou privée désireuse de proposer une action innovante ou de réformer des dispositifs existants pour les rendre plus efficaces. Ces structures sont multiples : des collectivités territoriales aux associations, des missions locales aux administrations, des universités aux collèges... et proposent donc leur expérimentation aux évaluateurs que sont les centres de recherche, les équipes universitaires et les cabinets privés.

Concrètement, donc : la Mission d’animation du FEJ élabore un appel à projet que les coordinateurs régionaux du FEJ relaient. Par exemple, le 7 octobre 2011, le FEJ a lancé un nouvel appel à projets sur la thématique "Prévention et lutte contre le harcèlement à l’école". Toute structure souhaitant mettre en place un projet relatif à cette problématique doit former un dossier qu’elle retourne aux évaluateurs, qui l’étudient ensuite : faisabilité, intérêt... Si le projet est retenu, il bénéficie de subventions de l’Etat.

Le Fonds est doté de près de 230 millions d’euros : 170 millions de subventions de l’Etat (crédits de la jeunesse et du Plan de relance) et 55 millions provenant de partenaires privés.

Le souhait de voir l’ensemble des compétences des jeunes reconnues et valorisées, y compris celles développées hors cadre scolaire et universitaire, s’est traduit dans plusieurs expérimentations soutenues par le Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse, dont 2 expérimentations d’ampleur nationale :

- L’expérimentation dite du « livret de compétences expérimental » est engagée depuis la rentrée 2010 dans 166 établissements scolaires, collèges et lycées. 

- L’expérimentation du Portefeuille d’Expérience et de Compétences (PEC), initiée par l’Université de Toulouse et mise en œuvre par plusieurs universités françaises, a déjà permis à 20 000 étudiants de réfléchir sur leurs compétences et de les valoriser dans un portefeuille numérique.

On peut également citer l’expérimentation « 10 000 permis pour réussir », permettant d’accompagner 10 000 jeunes en difficultés d’insertion, à travers 58 projets sélectionnés sur tout le territoire portés par des missions locales, des collectivités territoriales ou des auto-écoles associatives (aide financière jusqu’à 1 000 € et aide à la préparation).

A ce jour, ce sont plus de 380 expérimentations qui ont été sélectionnées en 13 appels à projet lancés.


Le livret de compétences expérimental au collège par experimentation-jeunesse