Pour des milliers d’enfants, les séjours de vacances aussi appelés « colonies de vacances » constituent des moments privilégiés leur permettant d’accéder ensemble à des activités variées. Accueils collectifs à caractère éducatifs, déclarés auprès des services de l’État, ces séjours ont enrichi les vacances de 950 000 mineurs en 2015-2016. Pour que les enfants puissent profiter des « colonies de vacances », la première responsabilité de l’État est d’assurer leur sécurité. Grâce à un cadre législatif et réglementaire rigoureux, les « colos » se déroulent dans un environnement sécurisé prévoyant notamment l’obligation de déclaration des séjours, des locaux d’hébergement et des intervenants.

De plus, pour que les enfants puissent profiter pleinement de ces séjours, l’État, par ses contrôles assure leur sécurité. Chaque « colonie de vacances » repose sur le projet éducatif de l’organisateur et sur le projet pédagogique élaboré par une équipe d’animation qualifiée. Les jeunes ont ainsi la possibilité de s’épanouir dans des activités auxquelles ils n’ont pas toujours accès le reste de l’année.

Les « colonies de vacances » permettent aux enfants et aux adolescents, à travers l’expérience de la vie collective et de la pratique d’activités, de se confronter à l’autre et d’apprendre à vivre en société afin de se construire en tant que citoyen. Des jeunes de milieux sociaux et culturels variés s’y retrouvent, s’y amusent et grandissent ensemble. Les relations qui se tissent dans ce cadre spécifique favorisent la tolérance entre les jeunes et le respect d’autrui.

Le ministère chargé de la jeunesse soutient et promeut les activités de loisirs des enfants et des jeunes. Il favorise leur développement en lien avec les mouvements d’éducation populaire, les associations, les collectivités et les caisses d’allocations familiales, en mettant en avant la notion d’éducation partagée. Je sais pour cela pouvoir compter sur le professionnalisme et l’enthousiasme des organisateurs et des animateurs. 

Télécharger le dossier de presse