En juin 2019, 2 000 à 3 000 jeunes participeront à la phase de préfiguration du SNU dans treize départements représentatifs de la diversité des territoires. 

 

 

 

Les jeunes appelés volontaires mobilisés pour cette phase de préfiguration participeront d’abord en juin 2019 à un séjour de cohésion de quinze jours. Puis, ils réaliseront dans un second temps leur mission d’intérêt général, d’une durée de quinze jours également, entre juillet 2019 et juin 2020.

 

Rappel des quatre objectifs du Service national universel :

 

 

« Le Service national universel répond à un constat sans appel : la jeunesse manque d’un moment de cohésion, de mixité, de cohésion sociale et territoriale, autour des valeurs de la République. Sortir de son environnement immédiat, se confronter à l’autre, découvrir un territoire, sont autant d’opportunités de se construire, de forger son identité. Ce moment doit aussi permettre de lever les freins à l’engagement. S’engager, c’est donner de son temps pour l’intérêt général. C’est aussi grandir, développer des compétences qui seront utiles pour s’insérer professionnellement. Or, si une écrasante majorité des jeunes veulent s’engager, ils sont trop nombreux à être freinés, pour des raisons financières, sociales, géographiques, culturelles. Notre pays ne montre pas suffisamment à ses jeunes leur utilité sociale ».

Gabriel Attal

 

  1. Le séjour de cohésion

 

Recrutement des volontaires :

Recrutement par les services de l’État dans chaque département (rectorat, centres de formation d’apprentis, missions locales, etc.) afin de composer une cohorte représentative de la jeunesse de chaque territoire (respectant les parts respectives de jeunes lycéens, décrocheurs, apprentis, etc.)

 

Les activités :

Au cours du séjour de cohésion, les activités sont divisées en deux « blocs » principaux :

 

 

Exemple : sécurité routière et code de la route. Sensibilisation à la perception des risques routiers. Intervenants : gendarmes.

Exemple : connaissance des principaux services publics, études de cas concrets, organisation de visites (centre des impôts, mairie, etc.). Intervenants : fonctionnaires territoriaux.

Exemple : sensibilisation aux valeurs (liberté, égalité, fraternité) et au modèle républicain, laïcité, égalité femmes/hommes, connaissance des droits et devoirs, etc.

Intervenants : encadrement du centre et/ou intervenants extérieurs (fonctionnaires territoriaux, associations, etc.)

Exemple : visite de sites (tri des déchets, etc.), études de cas contextualisés. Intervenants : agents communaux, association.

Exemple : étude de cas sur le rôle de l’arbitre, l’univers des supporters, la lutte contre le hooliganisme. Intervenants : arbitres, fédération sportives, éducateurs sportifs.

Exemple : découverte du patrimoine culturel local, visite d’un site culturel et restitution collective. Intervenants : direction régionale des affaires culturelles, professeurs documentaliste ou d’histoire-géographie volontaires, etc.

Exemple : sensibilisation aux différentes formes d’engagement, « forum de l’engagement ». Intervenants : jeunes bénévoles et volontaires dans les différentes formes d’engagement existantes (témoignages et rencontres en petits groupes), visites dans des structures d’accueil

 

 

Exemple : test d’évaluation des apprentissages fondamentaux de la langue française ; bilan compétences numériques et de première orientation professionnelle ; bilan de santé. Intervenants : encadrement du centre, fonctionnaires territoriaux, associations d’insertion, personnel médical, etc.

 

« Le SNU sera un outil puissant d’insertion pour les jeunes décrocheurs. Il marque aussi l’engagement de l’État de ne laisser aucun jeune sans solution et constitue une brique importante dans l’extension de l’obligation de formation jusqu’à 18 ans [annoncée par le Président de la République dans le cadre du Plan Pauvreté, ndrl]. Cela s’inscrit aussi dans un contexte inédit puisque nous investissons 15 Md€ pour la formation et les compétences des jeunes les plus éloignés de l’emploi ».

Gabriel Attal

 

Une large place sera également accordée aux symboles de la République et de la nation (salut au drapeau et hymne national, etc.).

 

Les centres d’hébergement :

Les centres SNU sont des internats, des centres de vacances, des bâtiments du ministère des Armées, etc. et les appelés sont répartis en « maisonnées » (dizaine de jeunes) afin de renforcer la cohésion et la responsabilité collectives.

 

« La vie collective permet de faire l’expérience d’une citoyenneté active, notamment au travers de « conseils de maisonnées » : des créneaux quotidiens seront dédiés à la pratique de la démocratie interne et seront animés par les tuteurs ».

Gabriel Attal

 

 

L’encadrement :

 

Trois niveaux d’encadrement :

 

  1. Mission au service de l’intérêt général 

Une fois le séjour de cohésion effectué, les volontaires réaliseront dans un second temps leur mission d’intérêt général d’une durée de quinze jours durant l’été ou au cours de l’année scolaire suivante. Les modalités suivantes sont possibles :

Après la mise en place en janvier, d’un comité de pilotage SNU dans chaque département pilote, auquel est remis un cahier des charges national, le Ministre se déplacera dans chacun des départements afin d’accompagner les équipes régionales et départementales dans l’élaboration de leur projet de mise territorial.

 

 

contacts presse

Ministère de l’Éducation nationale

et de la Jeunesse

T 01 55 55 30 10

spresse@education.gouv.fr

Louis JUBLIN

07 86 30 15 60

louis.jublin@education.gouv.fr

 

www.education.gouv.fr/presse

https://twitter.com/EducationFrance

 

http://jeunes.gouv.fr/bafa-bafd

https://twitter.com/jeunes_gouv