La participation des jeunes contribue à la prise en compte de la place de la jeunesse dans la société. Elle est donc un facteur de cohésion sociale. Elle permet également la construction identitaire des jeunes (personnelle et collective) ainsi que leur autonomie. et les incite donc à devenir des acteurs responsables dans la société.

L’action de la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative porte sur cinq axes complémentaires :

La réforme du Conseil national de la jeunesse (CNJ)

Le Conseil national de la jeunesse, créé en 1998, était l’instance de consultation et de concertation du ministère en lien avec ses services départementaux. Présidé par le ministre chargé de la jeunesse, il donnait un avis ou formulait des propositions sur toutes les questions qui lui étaient soumises. Il était composé de 176 jeunes âgés de 16 à 28 ans.

En 2009, les conclusions de la Commission pour le Livre vert Reconnaître la valeur de la jeunesse ont proposé de transformer le Conseil national de la jeunesse en Conseil représentatif de la jeunesse. Depuis cette date, le CNJ est suspendu. Un projet de réforme est envisagé, notamment dans le cadre du plan « Priorité Jeunesse ».

L’amélioration de la représentation des jeunes au Conseil économique, social et environnemental (CESE)

Le 29 septembre 2009, lors de la présentation du plan « Agir pour la jeunesse », le Président de la République a fait part de sa volonté de modifier la composition du Conseil économique, social et environnemental. Aussi, depuis 2010, des mouvements de jeunes sont représentés au sein du CESE.

A l’occasion des CESER 2013, une circulaire du ministère de l’intérieur la représentation accrue des jeunes au niveau régional. 

L’appui des services du ministère aux principaux acteurs des politiques éducatives (collectivités territoriales et associations)

Dans le cadre de la réforme territoriale de l’État, les nouvelles directions (directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale et directions départementales interministérielles) sont chargées de favoriser l’autonomie, l’engagement, l’initiative et l’expression de la jeunesse sur leurs territoires. Ainsi, elles apportent :

La promotion des conseils d’enfants et de jeunes

Au niveau national, le ministre chargé de la jeunesse soutient l’action de l’Association nationale des conseils d’enfants ou de jeunes (ANACEJ) en faveur :

Le soutien aux organisations de jeunes

A consulter
Le forum Français de la Jeunesse 
CIJ « construire avec les jeunes »

Liens utiles

Le site de l’ANACEJ : www.anacej.asso.fr
Le guide méthodologique
Monter un projet « Jeunesse pour la démocratie » de l’Agence française du Programme européen « Jeunesse en action »

Données estimatives pour 2011

- 2000 conseils locaux d’enfants et de jeunes en France

- 30 000 enfants et jeunes impliqués