Les rassemblements festifs

Les rassemblements festifs représentent des formes d’engagement renouvelées, mettent en jeu de nouvelles sociabilités et nécessitent des réponses en matière de sécurité ou de réduction des risques.

Illustration Loisirs

Les rassemblements festifs peuvent être organisés par des professionnels et prendre la forme classique de festivals, mais il existe d’autres formes de fête organisées légalement ou non, s’appuyant sur l’engagement des jeunes à créer « leur » fête selon leurs propres désirs.

La stratégie de l'État privilégie la médiation et le dialogue entre les organisateurs et les services de l’État dans le respect des responsabilités de chacun.

Un dialogue régulier entre les organisateurs et les services de l’État 

Afin de promouvoir une approche concertée sur le sujet, le directeur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, délégué interministériel à la jeunesse, anime un groupe de travail interministériel sur les rassemblements festifs organisés par les jeunes qui regroupe les ministères chargés respectivement de la Jeunesse, de l’Intérieur, de la Justice, de la Culture, de la Santé, de l'Enseignement supérieur et de la recherche, la Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, l'association des Maires de France ainsi que l’association Freeform, accompagnant des projets dans différents départements. 

L’objectif de ce groupe est d’assurer une veille sur les problématiques et les évolutions identifiées concernant les rassemblements festifs organisés par les jeunes et contribuer à une stratégie privilégiant la médiation.

La stratégie de l'État

La stratégie déployée par l'État repose sur trois principes : 

  • préparer les rassemblements festifs en concertation entre les organisateurs de rassemblements festifs (free parties, apéros géants Facebook…), les services de l’État et les élus locaux à travers une médiation préalable ;
  • sécuriser la participation des jeunes et accompagner à la structuration associative de leurs initiatives ;
  • organiser la veille sur les problématiques et les évolutions identifiées concernant les rassemblements festifs organisés par les jeunes.

 

Le dispositif mis en place s'appuie sur :

un référent national

Cette logique de médiation, notamment par la nomination d’un référent national placé auprès du délégué interministériel à la jeunesse, par l’évolution de la réglementation et par la publication d’un guide (en 2016 et actualisé en 2021) à l’attention des services déconcentrés de l’État. 

des médiateurs de proximité

Des binômes de médiateurs départementaux ont été désignés associant :

  • un personnel du service départemental de la jeunesse, des sports et de l'engagement pour accompagner les projets en amont, favoriser le lien entre les organisateurs et les services de l’État, les associations de prévention ;
  • un personnel en préfecture sur les aspects réglementaires et de déclaration.

un outils méthodologique

Les médiateurs peuvent s’appuyer sur des outils méthodologiques notamment le guide médiation des rassemblements festifs organisés par les jeunes, réalisé dans un cadre interministériel.

Le guide de la médiation des rassemblements festifs organisés par les jeunes - Edition 2021