Partenariats nationaux

Le ministère chargé de la Jeunesse adosse son action en direction des jeunes à une dynamique partenariale dans une logique d'apports d'expertises réciproques et de projets partagés.

Illustration organisation du Ministère

La direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) est membre de plusieurs instances et comités interministériels qui interviennent sur des thématiques généralistes ou plus thématiques.

La DJEPVA partage ses orientations et apporte son expertise sur les questions de jeunesse et participe, le cas échéant, à un réseau de partenaires.

La DJEPVA est membre du conseil d'administration du groupement d’intérêt public (GIP) ANLCI qui mobilise plusieurs services de la direction dont la sous-direction du service national universel et l’institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire.

La DJEPVA soutient les journées nationales d’action contre l’illettrisme initiées par l’Agence et organisée chaque année, début septembre.

La DJEPVA est membre du comité consultatif et de suivi et du comité restreint de la charte de la laïcité de la CNAF.

Un comité consultatif et de suivi a été mis en place pour veiller à la bonne application de la charte. Présidé par le directeur général de la CNAF et le président du conseil d’administration de la CNAF, il est composé d’une cinquantaine de membres, représentants du conseil d'administration de la CNAF et des directeurs de caisses d'allocations familiales, des grandes associations ou fédérations d’associations partenaires de la branche Famille, des administrations des domaines sociaux et de la Jeunesse. 

Le comité consultatif et de suivi de la charte comprend un comité restreint à vocation opérationnelle. Composé d’une dizaine de membres, celui-ci est chargé d’examiner les cas les plus délicats soumis par les CAF. Ses avis argumentés ont essentiellement porté jusqu’à présent sur des demandes de financement d’activités (accueil de jeunes enfants et séjours de vacances), proposées par des organisations explicitement religieuses ou philosophiques. 

Le comité cherche à évaluer systématiquement la réalité de l’égalité d’accès et de l’ouverture des activités en cause à tous les publics, quels que soient leur origine, leur conviction ou leur sexe, ainsi que la réalité de la mixité des publics accueillis.

Les interventions de la DJEPVA s’appuient sur sa connaissance du secteur en lien avec les services déconcentrés.

La DJEPVA est membre du Conseil d’Orientation et de Perfectionnement (COP) du Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information (CLEMI), - également dénommé Centre pour l’éducation aux médias et à l’information.

Institué en 1993 et placé auprès du CLEMI, le COP compte 60 membres, avec un nombre égal de représentants des pouvoirs publics, des représentants du système éducatif, ainsi que du secteur de la presse et des médias. Chargé de fixer les orientations stratégiques du CLEMI, il donne des avis, formule des recommandations sur les actions à entreprendre et apprécie les bilans des actions menées ou en cours qui lui sont périodiquement soumis.

Le CLEMI est chargé de l'éducation aux médias et à l'information dans l'ensemble du système éducatif français. Fort d’un ancrage historique dans la communauté enseignante et de partenariats solides avec les médias depuis plus de 30 ans

Il a pour mission de promouvoir, tant au plan national que dans les académies, notamment par des actions de formation, l’utilisation pluraliste des moyens d’information dans l’enseignement afin de favoriser une meilleure compréhension par les élèves du monde qui les entoure tout en développant leur sens critique.

Le CLEMI pilote la semaine de la presse et des médias à l'École. Elle a pour objectif d'aider les élèves, de la maternelle au lycée, à comprendre le système des médias, former leur jugement critique, développer leur goût pour l'actualité et se forger leur identité de citoyen.

La direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) participe aux travaux du conseil national de la sécurité routière, que ce soit dans le cadre de sa commission de travail « partage de la route, maîtrise des déplacements » ou dans celui des sessions de séance plénière.

La création du CNSR, issu du comité interministériel à la sécurité routière, résulte d’une hausse tendancielle de la mortalité dans les accidents de la route. C’est initialement pour inverser cette tendance que le CNSR a été créé. Le Conseil est composé par des membres mandatés pour trois ans, accompagnés par des experts de la sécurité routière. Les membres se rassemblent pour débattre sur la situation du risque sur les routes. Ces rassemblements aboutissent à des propositions adressées au gouvernement concernant les problèmes de la sécurité routière.

La DJEPVA siège au conseil d’administration de l’EPIDE.

Depuis sa création en 2005, l'EPIDE a accompagné près de 30 000 jeunes vers l'emploi ou la formation qualifiante. L'EPIDE a pour mission d’accompagner des jeunes femmes et hommes dans la réussite de leur projet social et professionnel, grâce à un parcours adapté et individualisé. Pour réaliser cette mission, l’EPIDE crée et gère des centres et organise au profit de ces jeunes volontaires des parcours d’insertion dont la durée s’établit en moyenne à 10 mois. Environ 3 000 volontaires sont accueillis au sein des centres de l’EPIDE par an.

Installé en décembre 2016, le Haut conseil de la famille et de l'enfance est placé auprès de la Première ministre et membre de France Stratégie.

Les missions du HCFEA consistent à animer le débat public et apporter aux pouvoirs publics une expertise sur les questions liées à :

  • la famille et à l’enfance ;
  • l’avancée en âge ;
  • l’adaptation de la société au vieillissement et à la bientraitance, dans une approche intergénérationnelle.

Créé en novembre 2005 pour assurer la promotion des arts à l’école, le Haut conseil de l’éducation artistique et culturelle (HCEAC) est chargé d’accompagner la mise en œuvre du parcours d’éducation artistique et culturelle, et notamment de :

  • suivre la mise en œuvre des mesures administratives et financières ;
  • valoriser les expériences innovantes, voire permettre leur diffusion et leur reproduction ;
  • favoriser la rencontre des différents acteurs, leur mise en relation ;
  • approfondir la construction d’une culture commune ;
  • donner un avis sur les conditions du partenariat entre les acteurs de l’éducation artistique et culturelle (administrations de l’État, institutions culturelles, collectivités territoriales, établissements d’enseignement, écoles).

Le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et celui de la Culture travaillent de concert pour garantir à 100% des jeunes l'accès à une éducation artistique et culturelle de qualité notamment dans les territoires les plus éloignés de l'offre culturelle (territoires ruraux spécifiques, quartiers prioritaires, outre-mer). 

La DJEPVA siège au conseil d’administration et suit les travaux de l’OFDT. Le groupement d’intérêt public a pour objet d’apporter à ses membres ainsi qu’aux professionnels du champ et au grand public un éclairage sur le phénomène des usages de drogues, licites et illicites, et des conduites addictives, et notamment des jeux d’argent et de hasard (thématiques particulièrement sensibles sur la population jeunesse). Des grandes enquêtes (EnCLASS, ESCAPAD) sont réalisées régulièrement et permettent de connaître l’évolution des pratiques notamment sur le public adolescent.