Le cadre des politiques de jeunesse

La politique en faveur de la jeunesse, interministérielle et partenariale, regroupe l’ensemble des actions concourant à l’accompagnement des parcours des jeunes vers l’autonomie.

Les objectifs prioritaires des politiques de jeunesse

La politique en faveur de la jeunesse regroupe l’ensemble des actions concourant à l’accompagnement des parcours de jeunes vers l’autonomie, notamment par l’éducation, la formation, l’insertion sociale et professionnelle, le logement, la santé, la sécurité, les loisirs éducatifs, sportifs et culturels, la mobilité, l’engagement, et ce dans une perspective de réduction des inégalités, qu’elles soient sociales ou territoriales. Favoriser cette autonomie implique d’agir sur tous les leviers permettant aux jeunes d’être acteurs de leur parcours, de subvenir à leurs besoins et de se réaliser en tant qu’individus.

Cette politique se décline dans de nombreux champs ministériels, aussi bien au niveau national que territorial. Dans une logique de transversalité entre les différents champs de l'action publique, elle se se structure autour des axes suivants :

  • participer au développement personnel des jeunes, favoriser leur engagement et leur mobilité ;

  • donner la priorité à l'éducation, à l'orientation et à la formation ;

  • favoriser l'emploi et l'insertion professionnelle ;

  • lutter contre les inégalités dans le parcours vers l'autonomie ;

  • améliorer les conditions de vie.

Une politique transversale et partenariale

De nombreux ministères agissent en direction des jeunes, mais chacun dans son seul champ de compétence. Pour mettre en œuvre la politique de l’État en direction des jeunes et la traduire par une action interministérielle transversale cohérente et lisible, le directeur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative assure également les fonctions de délégué interministériel à la jeunesse.

La compétence sur la mise en œuvre des politiques de jeunesse ne relève pas uniquement de l’État à ses échelons national et territorial. Les collectivités territoriales (conseils régionaux, conseils départementaux, communes et intercommunalités) développent également des actions en direction de la jeunesse.

Le délégué interministériel à la jeunesse favorise les échanges entre l’État et les acteurs des politiques nationales et locales de jeunesse (collectivités locales, organisations de jeunes, associations de jeunesse et d’éducation populaire et partenaires sociaux.

La politique en faveur de la jeunesse s’appuie sur de nombreux dispositifs et actions, pilotés et financés par différents ministères. Ces dispositifs sont pluriels dans leur contenu et leur mode d’exécution, centralisés ou déconcentrés, purement étatiques ou inscrits dans un cadre conventionnel impliquant des organismes publics, parapublics, des collectivités territoriales ou des associations.

La mise en cohérence des politiques de jeunesse

La mise en cohérence des politiques publiques en direction des jeunes s'appuie sur : 

La coordination interministérielle

Au titre de de ses missions, le directeur de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative, délégué interministériel à la jeunesse, est amené à animer des comités de pilotage et groupes de travail réunissant les acteurs (services de l'État, collectivités territoriale, associations etc.) parties prenantes des programmes et dispositifs pilotés par la direction. 

C'est le cas par exemple des rassemblements festifs et des chantiers de jeunes bénévoles